10/27/16

Alain Z Kan - Live(s) EP (1979 ?)


Deleted once again, re-uped once again. One day, I'll die, and the deletion will win. But until I'm off, the links will be on. Catch this rarity here.

A re-up of some live recordings by Alain Kan. One song is a Piaf cover and another one a musical adaptation of the famous Artaud text about drug legislation. There's some other rare material from this artist I have to re-up in the future but here's one. Keep patience.

This is a rare and essential testimony (withouth enough "mony" for him I fear) of Alain Z. Kan on stage. I got this recording by the same pathway than the unreleased ones posted earlier so I don't know which year this was recorded. I suppose it is around the Whatever Happened To LP, i.e., 1979, since "Le Charter" was on it. The 2 other "songs" are still more extra-ordinary than is this one. You won't find anything like this in entire anglo-american music (even Peter Hammill, Alex Harvey, Kevin Coyne, Nick Cave, David Yow or Eugene Robinson did not offer such a personal dilaceration) but you can in France (and Belgium) since only Edith Piaf, Léo Ferré and Jacques Brel were able to go that far in the representation of extreme feelings. The first is a musical transcription of the letter Antonin Artaud wrote to the politics who voted the law forbidding to sell drugs (and in particular opium) in drugstores (in fact pharmacies as we say here in France). It was called "Lettre au Législateur de la Loi sur les Stupéfiants" ("Letter to the legislator of the law on the narcotics"). No mystery than Alain Kan's interpretation is not only an historical and artistical one. His evocation of anguish takes your guts upside down. Do the experience. And if you are not French speaking, try to find an English translation of this letter (I did not find it on the net). The other song was initially sung by... Edith Piaf (what a surprise) and it's "Les Blouses Blanches" ("White Scrubs", a game on the same word designing in French the medical scrub and a little white dress). It was an audacious song by Edith Piaf at the time, and Alain Kan sings it with an intensity that is as provocative for today's times (at least at the end of the seventies) that it was in 1960. It was on the Heureusement qu'en France on ne se drogue pas LP in 1976 that you can find on the CD-box compiling his 3 first albums. I could go on and on for hours about Alain Kan, even in my poor English, but it is useless.




Lettre au Législateur de la Loi sur les Stupéfiants, par Antonin Artaud. Monsieur le législateur, Monsieur le législateur de la loi de 1916, agrémentée du décret de juillet 1917 sur les stupéfiants, tu es un con. Ta loi ne sert qu'à embêter la pharmacie mondiale sans profit pour l'étiage toxicomanique de la nation parce que : 1° Le nombre des toxicomanes qui s'approvisionnent chez le pharmacien est infime ; 2° Les vrais toxicomanes ne s'approvisionnent pas chez le pharmacien ; 3° Les toxicomanes qui s'approvisionnent chez le pharmacien sont tous des malades ; 4° Le nombre des toxicomanes malades est infime par rapport à celui des toxicomanes voluptueux ; 5° Les restrictions pharmaceutiques de la drogue ne gêneront jamais les toxicomanes voluptueux et organisés ; 6° Il y aura toujours des fraudeurs ; 7° Il y aura toujours des toxicomanes par vice de forme, par passion ; 8° Les toxicomanes malades ont sur la société un droit imprescriptible, qui est celui qu'on leur foute la paix. C'est avant tout une question de conscience. La loi sur les stupéfiants met entre les mains de l'inspecteur-usurpateur de la santé publique le droit de disposer de la douleur des hommes ; c'est une prétention singulière de la médecine moderne que de vouloir dicter ses devoirs à la conscience de chacun.Tous les bêlements de la charte officielle sont sans pouvoir d'action contre ce fait de conscience : à savoir, que, plus encore que de la mort, je suis le maître de ma douleur. Tout homme est juge, et juge exclusif, de la quantité de douleur physique, ou encore de vacuité mentale qu'il peut honnêtement supporter. Lucidité ou non lucidité, il y a une lucidité que nulle maladie ne m'enlèvera jamais, c'est celle qui me dicte le sentiment de ma vie physique *. Et si j'ai perdu ma lucidité, la médecine n'a qu'une chose à faire, c'est de me donner les substances qui me permettent de recouvrer l'usage de cette lucidité. Messieurs les dictateurs de l'école pharmaceutique de France, vous êtes des cuistres rognés : il y a une chose que vous devriez mieux mesurer ; c'est que l'opium est cette imprescriptible et impérieuse substance qui permet de rentrer dans la vie de leur âme à ceux qui ont eu le malheur de l'avoir perdue. Il y a un mal contre lequel l'opium est souverain et ce mal s'appelle l'Angoisse, dans sa forme mentale, médicale, physiologique, logique ou pharmaceutique,comme vous voudrez. L'Angoisse qui fait les fous. L'Angoisse qui fait les suicidés. L'Angoisse qui fait les damnés. L'Angoisse que la médecine ne connaît pas. L'Angoisse que votre docteur n'entend pas. L'Angoisse qui lèse la vie. L'Angoisse qui pince la corde ombilicale de la vie. Par votre 1oi inique vous mettez entre les mains de gens en qui je n'ai aucune espèce de confiance, cons en médecine, pharmaciens en fumier, juges en mal-façon, docteurs, sages-femmes, inspecteurs-doctoraux, le droit de disposer de mon angoisse, d'une angoisse en moi aussi fine que les aiguilles de toutes les boussoles de l'enfer. Tremblements du corps ou de l'âme, il n'existe pas de sismographe humain qui permette à qui me regarde d'arriver à une évaluation de ma douleur plus précise, que celle, foudroyante, de mon esprit ! Toute la science hasardeuse des hommes n'est pas supérieure à la connaissance immédiate que je puis avoir de mon être. Je suis seul juge de ce qui est en moi. Rentrez dans vos greniers, médicales punaises, et toi aussi, Monsieur le Législateur Moutonnier, ce n'est pas par amour des hommes que tu délires, c'est par tradition d'imbécillité. Ton ignorance de ce que c'est qu'un homme n'a d'égale que ta sottise à le limiter.Je te souhaite que ta loi retombe sur ton père, ta mère, ta femme, tes enfants, et toute ta postérité. Et maintenant avale ta loi.

21 comments:

rough mix said...

je decouvre cette rareté un peu comme un coup dans l'estomac.

catdesiree said...

Bonsoir,
C'est vraiment extraordinaire. Je pensais tout connaitre de cet artiste et je trouve sur ce site une perle... Ou peut-on se procurer cette rareté ?

dk said...

Nulle part. Ce sont des enregistrements publics que j'ai regroupé sur un disque virtuel. Il faudrait juste que je transforme tout cela en flac pour que la qualité soit celle du CD que l'on m'a passé.
Heureux de voir que je ne suis pas le seul à vouer un culte à Alain Kan.
Merci du commentaire
dk

MIDNIGHT RAMBLER said...

Excellent ! Il faut dire que le texte d'Arthaud est brillant...
Merci pour tout!

Le Club Des Mangeurs De Disques said...

Merci pour ces excellents inédits, j'en ai d'autres en K7, mais j'ignore comment faire pour les transformer en MP3...
Si tu veux faire un saut sur mon blog, n'hésite pas, tu seras bien reçu!
http://le-club-des-mangeurs-de-disques.blogspot.com/
A bientôt, j'espère,
Jimmy

dk said...

Je ne sais pas non plus comment l'on peut faire pour passer de K7 à MP3 (et même si l'on peut). Je pensais avoir tous les inédits mais visiblement non.
J'irai sur ton blog dkord.
Merci pour le commentaire
dk

Anonymous said...

Extatique. Merci pour ce bijou spirituel et auditif. Je suis heureux de faire un pas de plus dans la découverte de cet artiste, au sujet duquel si peu de choses ont survécues.
Marrant comme ce texte est toujours d'actualité.

Anonymous said...

Je suis un fan new generation d'Alain, le bébé de Lady Stardust ça devait être moi ^^ Comment peut-on télécharger les live(s) et les inédits? Les fichiers qui se trouvent sur les liens de ton site ne semblent plus fonctionner, car les fichiers téléchargés n'arrivent pas à être lu par VLC. S'il te plait dis-moi qu'il y a un autre moyen pour se les procurer. Merci du fond du coeur!

dkelvin said...

Les fichiers n'ont pas de problème. Je viens de vérifier. Ils se lisent sur mediaplayer ou sur VLC si on indique (clic droit) qu'on veut les ouvrir sous ce format
Merci de l'appréciation
dk

Dorian said...

Bonjour, je suis étudiant en école de cinéma. Je réalise avec mon équipe un documentaire sur Alain Kan. Après avoir écouté les trésors de ton site (merci!), je souhaitais te demander si tu n'avais pas d'images inédites que tu aurais pu récupérer de l'artiste. Si tu en as, se serait vraiment génial que tu puisses me les faire parvenir. Bien à toi dk. Dorian.

dkelvin said...

Bonjour Dorian
Cette idée (un documentaire sur Alain Kan) me fait un plaisir immense. Il a été un point de fixation personnel depuis que je l'ai dkouvert en... 1975 (!!!).
Les seules vidéos que je connaisse sont celles qui sont sur youtube et tournées lors d'un "concert" à Annecy (en fait, cela ressemble à une boite dans laquelle il n'a pas l'air très attendu) ici http://www.youtube.com/results?search_query=alain+kan+musiquesenstock&oq=alain+kan+musiquesenstock&gs_l=youtube.3...2741.12054.0.12458.25.20.5.0.0.0.66.957.20.20.0...0.0...1ac.1.vCENXYpPa3I
Sinon, j'ai des photos inédites (une trentaine, de très bonne qualité), j'en avais mis quelques unes dans un article que je lui avais consacré dans le (feu) magazine musical Crossroads. Je peux te les envoyer si tu veux. Et l'article aussi bien sûr.
J'ai aussi une interview que je pensais mettre sur Forgotten Songs mais je ne l'ai jamais fait. Pareil, elle est à ta disposition.
En tout cas, je me mets à ta disposition pour ce projet qui j'espère, dépassera les limites de l'école une fois réalisé. Cet incroyable artiste mériterait bien une reconnaissance, même tardive.
A bientôt peut être
dk

Dorian Gray said...

Déjà un grand merci pour ta réponse si alerte et si enthousiaste! :) Ça fait vraiment plaisir de rencontrer des personnes si passionnées et disponibles. Je suis impatient de découvrir tes photos inédites d'Alain, ton article, et l'interview. Tu peux me les envoyer par mail? J'ai posté ce commentaire avec mon compte gmail donc je crois que mon adresse doit s'afficher. Mon équipe et moi-même poursuivons les recherches pour trouver d'autres images et vidéos inédites de l'artiste (car il y en a mais il faut juste savoir où les dénicher), je te tiendrai au courant et j'essayerai de te faire passer le film une fois le travail terminer (fin Juin). Pour l'instant nous poursuivons l'investigation pour passer au tournage le mois prochain. Encore merci dk! Dorian

dkelvin said...

Non, je ne trouve pas l'adresse mail. M'écrire à didierkelvin@gmail.com pour que je puisse te les envoyer par wetransfer.
dk

Anonymous said...

Ah quelle frustration quand les liens ne fonctionnent plus! J'arrive trop tard...! Je ne vais pas en dormir de la nuit! Si tu pouvais en remettre bientôt, s'il te plaît... (Et puis, cet artiste que tous devraient connaître, et qu'on ne peut même pas écouter... Merci les majors...)

Anonymous said...

Bonjour, serait-il possible de réactiver le lien ? merci beaucoup!

dkelvin said...

Je réupload certains ce soir et dans les jours prochains
dk

Anonymous said...

Formidable! Merci beaucoup! Quelle chance qu'il y ait des passionnés comme vous, sur Internet...!

Très bonne fin de semaine, en musique! :)

geololo said...

Et voilà, je parcours ce blog, je trouve des pépites, et je te demande encore une fois, Didier, comme pour tant d'autres posts, s'il est possible de recharger cette rareté absolue du gars hors norme qu'est Alain Kan?
merci, Laurent

dkelvin said...

Pas de souci, tout sera re-uploadé lorsque demandé. Juste que je ne suis pas en situation de le faire ces jours ci. Enfin je vais quand même essayer d'en re-uploader certains. Mais dès mercredi prochain je mets les bouchées doubles. Ceci dit, bizarre que le lien vers M de cet Alain Kan ne soit plus valide. J'espère que M ne me délète pas les liens en douce.
dk

geololo said...

Salut, ah ben si, en fait le lien fonctionne bien aujourd'hui, ça devait être embouteillé ou je sais pas quoi hier. Donc foncez tous sur ce post!!
Encore merci, Lo

dkelvin said...

Il fonctionne parce que je l'ai reuploadé. Le lien etait bien mort.